Le Massif central est un territoire vaste comme l’Irlande et le Portugal, c’est la plus grande prairie d’Europe et le premier bassin allaitant. Il est composé, pour un quart de sa surface, de forêts.  C’est un massif de moyenne montagne peu peuplé mais une montagne habitée, maillée de villes moyennes et de centres bourgs. On y compte aussi 3 grandes villes. Ce territoire est central, au carrefour de grands axes autoroutiers, ce qui lui confère un certain attrait, notamment pour les entreprises qui souhaitent s’installer au cœur de l’Europe. Ses ressources naturelles patrimoniales, culturelles et industrielles sont nombreuses.  Si on connait le Massif central pour ses paysages, on ignore trop souvent qu’il a une forte tradition industrielle, des filières traditionnelles (agro-alimentaire, bois, pierre…) mais aussi des filières de pointe (biotechnologie, aéronautique…) – prenons pour exemple le pôle aéronautique de Figeac. Des pôles universitaires sont implantés sur le territoire, développant des compétences et de la main d’œuvre qualifiée. Le Massif central attire de plus en plus de personnes à la recherche d’une qualité de vie.

Que sont les politiques Massif central ?

La loi de 1985 est l’acte fondateur des massifs, elle reconnait les spécificités des zones de montagne et le droit à l’auto-développement de ses territoires. Les politiques publiques qui y sont liées ont pour objectif d’accompagner le développement des massifs en s’appuyant sur leurs atouts.  La loi du 28 décembre 2016, dite Loi montagne acte II, rappelle ces principes et insiste sur la capacité des massifs à devenir des territoires d’expérimentation. Ces politiques sont partenariales, interrégionales et transversales, couvrant plusieurs thématiques au service de l’attractivité et du développement du territoire – 140 millions d’Euros de fonds publics y sont consacrés pour la période 2015-2020 via la Convention de Massif central et le Programme FEDER Massif central.

 

Pourquoi l’Etat soutient-il Macéo ?

Il y a un vrai besoin d’intelligence collective pour accompagner les territoires et les acteurs dans leur développement. Macéo doit être un incubateur de projets d’innovation territoriale en identifiant les besoins, en initiant des réflexions rassemblant les différents acteurs concernés en les faisant murir pour pouvoir les transformer en projets qui pourront être, par la suite, accompagnés par les programmes Massif central.

Frédérique Gomez, Commissaire de massif, Massif central


Le développement du Massif central, dans toute sa diversité de territoires, me paraît une priorité. Tous les acteurs pouvant y concourir doivent agir en partenariat, notamment les collectivités et EPCI, ainsi bien sûr que la future métropole au centre du Massif central que je préside. Je tiens donc à ce que Clermont Auvergne Métropole joue pleinement le rôle d’entrainement économique et d’essaimage qu’elle peut et doit avoir. J’y veillerai personnellement. Notre action en ce sens doit être très opérationnelle et concrète. C’est la raison pour laquelle je souhaite développer notre partenariat avec Macéo qui nous permettra de démultiplier notre action.

Olivier Bianchi, Président de Clermont Auvergne Métropole


La politique Massif central, encadrée par la loi Montagne qui renforce ses prérogatives, permet aux acteurs économiques, collectivités, d’expérimenter de nouvelles manières de vivre et de créer les richesses au service des habitants de ce grand territoire de moyenne montagne de plus de 4,5 millions d’habitants. L’enjeu principal est de rendre attractif le Massif central et d’apporter de la valeur ajoutée aux différentes filières présentes sur le territoire. La transition énergétique, la révolution numérique sont les enjeux de demain. Macéo doit jouer ce rôle de coordination des acteurs et ainsi apporter toute son expertise sur l’innovation territoriale.

J’apporte mon soutien à cette ambition en tant qu’ancien ministre de l’Aménagement du territoire, et Président de la COR au cœur du Massif central. Nous devons, tous ensemble, être vecteurs d’innovation et faire perdurer les objectifs du Massif central à l’horizon 2020.

Michel Mercier, Président de la Communauté de communes de l’Ouest Rhodanien


En complément des politiques territoriales classiques, la politique de Massif est essentielle pour prendre en compte les spécificités de nos territoires de montagne. A travers le Massif central, je souhaite promouvoir une ruralité positive, démontrant que nos territoires sont capables d’allier qualité de vie et innovation économique. En fédérant nos énergies, Macéo nous permet de travailler collectivement sur les enjeux d’avenir, : du numérique à la silver-économie, du tourisme à l’innovation territoriale.

 

Pascal Coste, Président du Conseil Départemental de la Corrèze


ENGIE cherche à faire de l’énergie une source de développement pour les territoires, notamment à travers l’hydroélectricité et la méthanisation qui sont des énergies renouvelables à fort potentiel dans le Massif central. Nous sommes convaincus que c’est en travaillant de manière partenariale avec les acteurs publics et privés du territoire que nous serons en mesure de mettre en œuvre des projets d’ampleur qui contribueront au développement du Massif central. De par sa gouvernance publique et privée et sa pratique des gouvernances de projets complexes, Macéo est un acteur précieux pour accélérer ces partenariats.

 

Nathalie Dini, Adjointe au Directeur régional Auvergne-Rhône-Alpes ENGIE



 

La fusion des régions a conduit à revoir le modèle économique du Massif central car celui-ci cherche maintenant à exister face à de gros territoires voisins comme l’ex-région Rhône-Alpes, l’Occitanie ou la Grande Aquitaine. Le but est alors de chercher à être complémentaire en activant des tissus économiques adaptés et en développant des chaines de valeur ciblées. Plus que jamais, il est intéressant d’imaginer des dispositifs pour attirer des actifs tels que des offres de travail pour les conjoints. Les écosystèmes en place sont à conforter et relier entre différentes régions. Macéo est un acteur incontournable de cette avancée dans le travail collaboratif.

 

André Malet, Président d’honneur de Macéo


En 2009, nous avons choisi de travailler avec Macéo pour la gestion administrative et financière de ViaMéca. Le territoire du Massif central est un territoire de mécaniciens reconnu avec de grandes entreprises et des PME dont une part importante dans l’innovation avec plusieurs laboratoires de recherche. C’est donc un lieu idéal pour l’activité d’un pôle de compétitivité car il y a matière à travailler sur le rapprochement entre industrie, recherche et formation.

Marie-Odile Homette, Directrice générale de ViaMéca


En 2009, nous avons choisi de travailler avec Macéo pour la gestion administrative et financière de ViaMéca. Le territoire du Massif central est un territoire de mécaniciens reconnu avec de grandes entreprises et des PME dont une part importante dans l’innovation avec plusieurs laboratoires de recherche. C’est donc un lieu idéal pour l’activité d’un pôle de compétitivité car il y a matière à travailler sur le rapprochement entre industrie, recherche et formation.

Anne-Lise Amiot, brasseur de bières au Plan B


Par expérience, nous avons constaté qu’il était préférable de sortir d’une position de prix et délais qui se limite souvent à une situation concurrentielle pour essayer d’apporter des solutions complémentaires à nos clients en utilisant notre expertise dans la coupe. Cette expertise, que nous n’arrivons pas forcément à valoriser pour nos clients industriels, est aujourd’hui mise en valeur par l’économie de fonctionnalité qui consiste à vendre l’usage de nos lames industrielles plutôt que les lames elles-mêmes. Par ailleurs, le choix de l’économie de fonctionnalité nous permet de réduire notre impact environnemental car nous travaillons dans une logique de flux qui limite la production de déchets.

Régis Duboys, dirigeant de la société AMVMeca


L’innovation et l’expérimentation nous ont permis de conduire des programmes avec des acteurs français et européens. A travers son réseau Rurener (porté par Macéo) qui vise à répondre aux enjeux de la transition énergétique, la COR a pu participer à la COP 21, un évènement d’ampleur mondiale. Par ailleurs, une plateforme de rénovation énergétique sur le Beaujolais Vert a permis de valoriser les filières locales comme le bois.

Eric Malatray, responsable Pôle Politiques Urbaines et Européennes à la Communauté d’Agglomération de l’Ouest Rhodanien (COR)


Il y a trois ans, l’exploitation de la pierre n’était pas valorisée à l’échelle du Massif central. Macéo a donc agi en tant qu’initiateur de possibilités et a mené la structuration d’une filière pierre à travers l’association Vivier Pierre Massif central. L’association, composée des acteurs de la filière, est donc née de la volonté des entrepreneurs de s’unir et d’avancer ensemble.

 

Olivier Chastel, Président de Vivier Pierre Massif central


Macéo opère en tant que spécialiste de l’économie circulaire et permet aux porteurs de projet de prendre de la hauteur par rapport à leur activité en leur faisant rencontrer d’autres acteurs à même de les aider et de leur fournir des conseils. Macéo les aide aussi à former des groupes de travail sur la gestion des déchets en entreprise avec des partenaires comme les chambres consulaires, des clusters d’entreprises spécialisées comme E2IA… Macéo sait réunir les acteurs concernés en fonction de ce qui vous intéresse.

William Pouzet, chargé de projet Territoire Zéro Déchets du Syndicat du Bois de l’Aumône


Le fonds de dotation « Vivons Montagne ! » invite les acteurs à s’approprier et à accepter les nouvelles réglementations sur le développement durable. Sur l’aspect technique, il cherche à exploiter le potentiel de l’économie circulaire et des éco-déchets. Tout l’enjeu de Vivons Montagne est là : en quoi l’innovation est-elle un moyen de répondre aux enjeux des territoires de montagne tout en minimisant l’impact énergétique ? Macéo y répond car c’est une structure qui aide à activer les dynamiques en allant voir les entreprises. Elle est donc pertinente pour lever des fonds et c’est un bon acteur par sa représentation au sein du Massif central.

Marc Pradeilles, co-fondateur du fonds de dotation « Vivons Montagne ! »


Macéo est une association qui s’attache à promouvoir les projets de développement économique du Massif central dans certains secteurs parmi lesquels l’énergie. Par ailleurs, il existe des potentilités dans le Massif central pour développer d’autres types d’énergie tels que la méthanisation et l’énergie à parti r du bois. Quant aux énergies renouvelables, elles sont aujourd’hui décentralisées dans des entreprises de petite taille qui se développent sur des filières que Macéo peut aider à promouvoir et, en cela, Macéo nous est très utile

Alain Martel, Délégué Régional EDF Auvergne